Carnet du voyage

Un séjour de pêche mémorable autour du lac Saint-Jean

Thème: Chasse et pêche

Par Évelyne Audet, animatrice

 

J’ai eu la chance de passer une semaine au Lac-Saint-Jean, à l’été 2021.

Étant originaire de Québec, mais établie à Montréal depuis plusieurs années, je connaissais bien de réputation le Lac-Saint-Jean, mais beaucoup trop d’années s’étaient écoulées depuis ma dernière visite. C’est donc avec motivation et hâte que j’abordais ce périple, qui ne m’a pas déçue!

 

La raison principale de ma venue était la pêche. J’avais déjà eu la chance de pêcher dans la région en hiver, mais ce fut une toute première pour moi en été. Nous avons pêché la ouananiche et le doré sur le lac Saint-Jean, ainsi que sur certaines rivières, dont l’Ashuapmushuan. Le décor est tout simplement magnifique, les plans d’eau sont nombreux et à proximité, donc facilement accessibles, et les espèces de poissons sont variées.

 

Notre lunch sur l’Île-aux-Couleuvres, en face de la marina de Roberval, a été un des moments forts du voyage. Puis, je ne peux passer sous silence le talent et la gentillesse des guides que j’ai eus, tous des pros, qui m’ont fait passer des journées de rêve. J’ai eu un gros coup de coeur pour Charles Dufour, d’Aventure Lac-Saint-Jean, un chic type, doué et cultivé, qui rend la sortie de pêche agréable, mais édifiante en plus!

 

Aussi, j’ai été impressionnée par le dévouement et l’efficacité de la CLAP (Corporation de LACtivité Pêche Lac-Saint-Jean), qui veille à sa ressource de main de maître.

 

Ces quelques jours de pêche m’ont fait réaliser que, pour la pêche, le Lac-Saint-Jean n’a rien à envier à plusieurs autres destinations de notre province. Au contraire, on devrait considérer cette région d’emblée quand on veut pêcher, tout y est!

 

Gastronomie et hébergement

Parallèlement à la pêche, j’étais très excitée de pouvoir me promener de ville en ville, pour expérimenter la gastronomie et l’hébergement de la région. Je suis tombée sous le charme de plusieurs produits locaux, dont le chocolat aux bleuets des Pères Trappistes, la liqueur Red Champagne, et plusieurs bières de microbrasseries du coin. Celle qui m’a le plus marquée est La Beluette, une bière sure savamment concoctée par la Microbrasserie du Lac-Saint-Jean.

 

Pour se loger, la région offre une panoplie d’options. On peut opter pour une nuitée dans un hôtel haut de gamme des plus confortables (Hôtel de la Boréalie à Saint-Félicien), un chalet en bois rond chaleureux et douillet (Chalets et Spa Lac-Saint-Jean, à Chambord), sinon préférer le charme d’un Bed and breakfast (Buvette T à Saint-Henri-de-Taillon). Finalement, le choix de terrains de camping est notable, sans compter les options de « glamping » telles que dormir dans une yourte! J’admets que c’est cette dernière option qui a été ma favorite de tout le voyage. Nous avons dormi dans une des yourtes du Village récréotouristique L’Oasis. Du haut de son originalité, la yourte ne lésine pas sur le confort ni sur la qualité de l’équipement. Et fiston s’est bien plu dans ce format d’hébergement plutôt inusité!

 

D’ailleurs, à Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, tout juste en face du Village récréotouristique L’Oasis, se trouve le Bistro La Boca, où nous avons dégusté un succulent repas, la tête dans le feuillage des arbres entourant la magnifique terrasse au bord de l’eau. Une adresse à mettre dans votre calepin!

 

Pendant mes journées de pêche, mon conjoint et mon fils de deux ans ne se sont pas tourné les pouces! Ils avaient accès à un monde d’activités, des plus variées, et toutes à proximité. Le fameux Zoo sauvage de Saint-Félicien a été le moment marquant de fiston, tandis que la demi-journée les pieds dans le sable de la plage du Parc national de la Pointe Taillon a été salutaire pour le papa.

 

Au Lac-Saint-Jean, les gens sont heureux et cela paraît. Ils sont souriants, très accueillants et inclusifs. Ce voyage me l’a confirmé une fois de plus.

Par ailleurs, j’ai réalisé et apprécié le fait qu’au Lac-Saint-Jean, chaque ville a une offre unique, d’où l’importance de ne pas restreindre sa visite à un seul endroit. Un conseil judicieux est de rester mobile, voire nomade, et d’opter pour le tour du Lac. C’est la façon la plus stimulante de voyager dans cette région, et la seule qui nous permette de ne rien manquer!

 

À très bientôt, Lac-Saint-Jean!